Le saviez-vous ?
Les bulletins déjà parus sont accessibles en ligne dans la rubrique Association > Bulletin !
 
Cabaner en 2 secondes, Luc PRIET
Article paru dans le bulletin de l’association de janvier 2007
 
     C’est possible ! enfin presque ! Expérience faite cet été au cours de la randonnée nautico-savoyarde dont vous aurez pu lire le récit dans ces pages.
L’expérience en question n’a pas été menée à bord d’un Seil, mais à bord d’un concurrent direct bien connu qu’est l’Ilur.
 
     C’est en surfant sur le net que j’ai trouvé sur un site de randonnée nautique les photos d’un bateau affublé d’un appendice pas forcément très esthétique mais manifestement très efficace. Le bateau en question était un petit habitable transportable et la « 2 seconds » de Décathlon qu’il arborait dans son cockpit était en quelque sorte une résidence secondaire permettant de loger les membres d’équipage qui ne pouvaient trouver place sous le roof.
 
     Hé, hé ! Pourquoi pas sur Rêve Bleu. J’avais prévu à la construction la possibilité de monter les planchers de fond de cockpit au niveau des bancs pour créer une plate-forme jusque là inexploitée, de 2.20 m de long sur la largeur du bateau ( 1.10 m au tableau et 1.70 m au maître bau ).
 
 
     Après un premier essai effectué sur remorque avec la « 2 seconds » de base ( prix 49 €) que m’avait aimablement prêtée un collègue de travail, je constate que la « guitoune » en question a été inventée spécialement pour être montée sur mon bateau ( enfin, c’est l’impression que cela m’a alors donnée ). Rien à bidouiller, j’ai simplement adapter la longueur des tendeurs et l’ajustage était quasiment parfait ( merci Decathlon ! ).
 
     La décision fut donc prise de faire l’investissement d’une « 2 seconds Air » qui présentait l’avantage d’une très bonne ventilation et celui de rejeter à l’extérieur du bateau une partie de l’eau de pluie ( le surcoût n’a pas été regretté vu la quantité d’eau que nous a attribuée la Savoie ).
Notre petite randonnée sur les canaux et le lac du Bourget nous a permis de tester l’installation. Accompagnée d’un matelas pneumatique de 140, notre abri de fortune ( pensez-donc, 60 € !!! ) nous a apporté un confort digne d’un ***. Seul défaut du système, l’eau venue du ciel finit au fond du bateau ; il suffit de s’organiser pour ne pas laisser dans les fonds des choses non waterproof.
 
 
     Lors de la petite rencontre de fin septembre au lac du Der, nous avons essayé vite fait le montage sur le Seil ;cela semble jouable sans problème ( à confirmer ! ) mais seulement 2 places sous abri. Avis aux amateurs.
 
     Amicales salutations à tous et bonnes fêtes de fin d’année.
 
The cap’tain of Blue Dream, Luc PRIET