Le saviez-vous ?
Les bulletins déjà parus sont accessibles en ligne dans la rubrique Association > Bulletin !
Objet: le capot de coffre arrière
 

Propos : pouvoir ouvrir le coffre d’une main tout en barrant de l’autre


           
 

Réalisation :
Visser 2 charnières « inox marine » à l’arrière du coffre sous le capot. Seuls les axes sont un
peu visibles de l’extérieur (photo centrale). Penser à renforcer les zones de fixation (contre
plaqué collé sous les pièces d’origines). Couper les anciens tenons. Prévoir un appui sous
capot pour guider la béquille
Nota : rappelez moi de couper les vis à longueur …
Et ça marche ?
Oui, il est même possible de soulever légèrement la barre pour ouvrir encore plus.
J’ai juste rajouté un bout de sécurité pour éviter les trop grandes ouvertures, vent de face
notamment.
C’est réversible ?
Oui, même si il y aurait un peu de travail
 

Objet: tire veille
 

Propos : essayer, puisque les grands en ont

 

Réalisation :
Trouver une jolie planche en bon « bois d’arbre », découper, creuser, vernir … c’est fini.
Et ça marche ?
Oui, bien sûr. Permet de s’assoir sur le capot en regardant les équipiers ramer.
Mais en fait ne me sert quasiment jamais.
C’est réversible ?
Oui
 
 

Objet: barre
 
Propos : renforcer la barre, après avoir vu des ruptures de ce type de barre sur
d’autres bateaux

Réalisation :
2 ligatures de part et d’autre de la fente
Et ça marche ?
Je n’ai pas forcé pour essayer
Mais ce n’est pas laid, non ?
C’est réversible ?
Oui
 
 

Objet: compas
 
Propos : équiper le bateau d’un compas au cas où

 

Réalisation :
Montage sur une cale en bois visée sous le banc de nage arrière
Et ça marche ?
Il n’y a pas de raison que le compas ne marche pas. Je suis surtout satisfait d’avoir choisi
un endroit hors des coups éventuels, visible en barrant.
Nota: sert très peu, n’a (plus) rien d’obligatoire sur notre bateau, mais c’est beau non ?
C’est réversible ?
Oui
 
 

Objet: le foc
 
Propos : toiler un peu plus le bateau (basé en bord de Seine), s’amuser.

 

Réalisation d’une maquette :
Retailler un vieux foc de 420, enfourcher un manche de pelle autours du pied de mat avec
une chute de charpente, le guider à l’avant sur le trou déjà existant, venir prendre l’étai
jusque sur l’anneau de sortie de l’eau, visser 2 filoirs sur l’étambrai, et coincer 2 taquets
sous les dames de nages arrière. Délacer un peu la misaine vers l’arrière. Essayer.
Et ça marche ?
bonnes surprises: le bateau reste « tenable » par petit temps, et c’est un plus pour avancer,
non mesuré mais réel.
Finalement la difficulté principale est que vous ne voyez pas comment le foc est réglé,
caché derrière la misaine. Affaler dés que le vent forcit.
C’est réversible ?
J’ai tout fait pour, sauf 2 trous pour fixer les filoirs sur l’étambrai
 
 

Objet: un coinceur pour le collier d’étambrai
 
Propos : faciliter encore plus la pose du mat, en sécurité.

 

Réalisation :
Visser un taquet coinceur « de bonne marque » sur une pièce bois massive que l’on collera
vissera sous l’étambrai.
Et ça marche ?
Oui. Permet de lever le mat après en avoir posé le bas directement à sa place avec un appui
(pas besoin de le « verticaliser » avant de le mettre en place), tout en permettant de tendre
suffisamment le collier. Un nœud assure le dispositif (à placer tout contre le taquet)
C’est réversible ?
Oui
 
 

Objet: une poulie pour relever la dérive
 
Propos : faciliter la circulation du bout de relevage de dérive, suite à arrachage du
renvoi d’origine.

 

Réalisation :
Assembler une Nantaise via un pontet et un morceau de bon bois collé sur toute sa surface.
Et ça marche ?
Oui, même si c’est un peu riche pour un usage faible (à l’arrivée à l’échouage je préfère
relever la dérive en appuyant directement sur son extrémité supérieure et la coincer avec le
loquet dédié).
C’est réversible ?
Pas facilement car le gel coat est arraché sous l’ancien crochet.