Le saviez-vous ?
Perdu ? Utilisez le plan du site pour vous repérer...

Plein-Seils 2006 sur le Lac d'Hourtin

Ça y est, ils arrivent ! Pour ceux qui sont déjà arrivés, c’est déjà un spectacle de les voir surgir un à un par cette petite route qui mène au lac. Les Seils, tous pareils, derrière des véhicules tous différents. Retrouvailles et embrassades. Beaucoup de nouveaux cette année. Les équipages viennent des 4 coins de la France, le Finistère, le Nord, la Lorraine, la Champagne, les Alpes… Michel Gué qui a généreusement contribué à l’organisation de ce rassemblement est venu en voisin, fier de nous montrer son Seil-bois tout neuf  qu’il vient de construire lui-même. Et miracle, tous les 23 bateaux (22 Seils et Rêve bleu, notre fidèle Ilur) sont là à 14 heures, heure du rendez-vous du Plein-Seils.

Le site, cette année est Piqueyrot, à la pointe NO du lac d’Hourtin. Un coin perdu au milieu des pins où a élu domicile le CVHM, le club local de voile. Quand il n’y a pas de rassemblement c’est un endroit tranquille, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas.

La mise à l’eau est facile, pas de marée, pas de courant, pas de clapot, un lac c’est vraiment un paradis pour voile-aviron. Tous les bateaux partent droit devant, vers le sud, puis on oblique vers l’ouest pour se rapprocher de cette côte élevée qui est en fait la dune, immense, qui, empêchant l’eau d’aller vers la mer, est à l’origine du lac (et de tous les lacs des Landes). Cette côte fera notre bonheur. Après une ou deux régates, toujours aussi bien organisées par Pascal, la flottille aborde une plage sur la côte sud d’une petite pointe. Un vrai paysage à la Robinson Crusoé, désert et accueillant. Comme on est en forêt domaniale l’urbanisation a été évitée. On imagine bien un bivouac ici avec le temps torride de la région. Mais aujourd’hui c’est plus frais, ce qui n’est pas plus mal pour naviguer. Donc retour vers le club. Régate ou pas, je ne me souviens plus très bien. Mais de toutes façons, les régates n’ont pas manqué pour la joie des équipages et des spectateurs : un départ de 20 Seils est un coup d’œil intéressant, les photos en font foi.

Rendez-vous à 20 heures pour le dîner. Barbecue, donc on s’installe dehors. Il faudra une petite veste, la bonne ambiance et quelques verres de médoc pour réchauffer les marins et ça doit bien être le cas car le dîner se prolonge dans la fraîcheur.

Le lendemain, organisation parfaite, tout le monde est sur l’eau à la bonne heure, pique-nique à bord. Navigations et régates et la flottille se retrouve sur une plage plus éloignée que celle de la veille mais pas moins belle. Tout est beau, tout le monde est heureux sauf qu’il manque 10 pique-niques. Maman comptait sur Papa et Papa comptait sur Maman… Heureusement la sécu a un 50 cv et après un aller-retour tout le monde sera nourri. Retour par le port d’Hourtin et une manche mixte voile/aviron qui déclenche une bonne consommation d’énergie et d’adrénaline.

AG passionnante comme d’habitude, menée avec autorité par le Président, comme d’habitude.

Dîner à l’intérieur à cause du temps, mais cela facilite la traditionnelle présentation des équipages. Cette année seuls les nouveaux se présentent cette car on est trop nombreux pour écouter tout le monde. Ils le font avec humour, bonne humeur et chaleur contribuant ainsi au succès de cette soirée.

Le lendemain matin, changement de décor. La pluie a cassé les oreilles des campeurs depuis 4 heures. Petit déjeuner debout dans une ambiance très mouillée. Le lac a l’air mauvais, gris foncé avec des moutons blancs, les nuages noirs sont bien menaçants… Certains ont le moral dans les chaussettes, d’autres sont dans l’expectative. Mais lorsque Pascal arrive, tout change car pour lui « bien sûr, on navigue ». Par un temps qui s’est un peu calmé et après avoir longtemps écopé la flottille, un peu réduite, quitte la plage avec un ris dans la misaine. Et c’est une superbe matinée de navigation qui commence. Escale sur le plage de samedi. Le soleil se montre et les conditions sont réunies pour une régate à la godille où les valeureux participants sont encouragés par les hurlements des supporters sur la rive. Et pour le retour, que du bonheur : soleil et vent portant !

Enfin, la cérémonie des adieux avec lecture du palmarès savamment élaboré par Pascal, remise des prix, les adieux qui se prolongent… La voile bleue, célèbre trophée des Plein-Seils change de main : elle retourne dans le Finistère grâce aux brillantes performances de la famille Guilard sur Seil-Tic.

Armel Thibaud