Le saviez-vous ?
Perdu ? Utilisez le plan du site pour vous repérer...
Qui ne s'est pas demandé un jour s'il serait possible de faire le tour de Bretagne en Seil, et dormir chaque soir à bord ? Jean-Loup rêvait de le faire et s'est lancé dans son projet cette année. Le bateau a été préparé pour cette aventure, le marin a attendu une ouverture météo et hop ! ... Un premier départ de Brest le 12 juin s'est soldé par un échec : impossible de passer la pointe Corsen. Vent contre marée . Vagues trop grosses. Trop risqué. Retour à la case départ. On sort le seil. On réfléchit une journée. Et re-Hop ... le 14 juin. Cette fois-ci, on change de tactique : il tournera dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, et le départ est prévu à Port-la-forêt ( sud Finistère près de Concarneau ) pour éviter le secteur Raz de Sein, Baie d'Audierne, Penmarch qui avec ce coef et ce vent n'était pas fréquentable ! Les étapes du soir furent : Locmiquelic ; Quiberon ; Saint Gildas de Ruys ; Arzal ; Rieux ; passer par Redon pour dormir à la Chapelle de Brain; Macaire; Pont-Réan ; Rennes/Le Compte ; écluse des Cours ; Hédé ; Saint Domineuc ; Plouer sur Rance : La Richardais ; Erquy ; Saint Quay Portrieux ; Perros Guirec ; Roscoff ; Portsall et pour finir Brest . -« Jean-loup , raconte-nous un peu ce voyage »... -« Lorsque j'étais à l'aviron dans le canal je faisais une moyenne de 20 ou 25 kms par jour. J'ai beaucoup aimé dormir à bord du bateau ce que j'ai pu faire grâce à une petite tente que je plaçais sur le pont. C'était calme sur le canal ! Passer Rennes est surprenant : vous êtes au milieu de la ville et personne ne s'en rend compte. Beaucoup de cerisiers le long du canal : Miam ;-) . J'ai subi l'attaque d'un cygne :-( J'ai rencontré des éclusiers sympas. J'ai eu des navigations aussi très physiques du côté d'Erquy et en Bretagne sud avec des vents de force 4 à 5 et des courants qui formaient de belles petites vagues ! » Le marin voulait de l'action : il en a eu ! Mais qu'est ce qu'il est content...


MODIFICATIONS APPORTEES SUR SEIL-TIC 102 avant son grand départ : Installation de bancs à coulisses. L'étanchéité de la double coque a été revue entièrement. Pose d'une bouée en tête de mât ( pour éviter le retournement ). Fixation de 2 grosses défenses/flotteurs à l'intérieur ( pour augmenter la flottabilité ). Modification du coffre arrière afin qu'il soit étanche. Palan d'écoute avec coinceur. Palan d'étarquage de voile. Verrouillage du plancher en position coffre avant ( c'est pratique ). Sangles de rappel ( qui tiennent aussi le plancher en cas de dessalage ). Girouette en tête de mât. Seau comme écope. Modification de la dérive : suppression de la « guillotine » pour remplacer par la même chose mais courbe + réglage de la hauteur de le dérive et de la tension de la voile possible sous le banc arrière. Bâches sur les équipets. Certaines de ces modifications ont été inspirées après mon dessalage lors de la Semaine du Golfe 2013. En effet, mon retournement complet, l'impossibilité de remettre d’aplomb le Seil tout seul et le peu de flottabilité de l'embarcation m'a fait prendre conscience de certains risques. Des améliorations s'imposaient pour naviguer seul en toute sécurité.

Jean-Loup GUILARD, Seil-tic, voile 102, Brest